Agde - La tribune de Christophe Euzet suite à la réélection d'Emmanuel Macron.

Agde - La tribune de Christophe Euzet suite à la réélection d'Emmanuel Macron.

Agde - La tribune de Christophe Euzet suite à la réélection d'Emmanuel Macron.

Par Christophe Euzet, Député de la 7ème circonscription de l’Hérault, le 28 Avril 2022

Tribune de Christophe Euzet : Pour une 7ème circonscription de l’Hérault inscrite dans le sens de l’Histoire  !

 

Comme on l’a beaucoup dit et écrit, en étant réélu avec 58,5 % des voix, Emmanuel Macron est devenu le premier président sortant à l’emporter pour un deuxième mandat, hors période de cohabitation, depuis le Général de Gaulle en 1965. La fait est assez rare pour être relevé. Mais ce score national sans ambiguïté ne doit pas prêter à l’insouciance localement. Tout au contraire, il nous engage à nous regarder en face. Ne nous y trompons pas : la montée de la contestation, souvent contre la personnalité même du chef de l’Etat, les records d’abstention, la radicalité des opinions et des débats les jours de marchés,  sont le signe d’une démocratie qui se fissure sur les bords Méditerranéens de l’Occitanie. 

 

Les épreuves qui se sont succédé dans notre pays, des « Gilets jaunes » à la pandémie Covid jusqu’aux répercussions de la guerre en Ukraine ont, c’est vrai, profondément marqué les esprits et les corps. Tout le monde est fatigué. Le monde est désenchanté. Du coup, la respiration collective qu’offre en principe l’élection démocratique ne nous laissera pas, cette fois, le temps de souffler, car tous les éléments de crise sont encore là. Quoi qu’ils puissent en penser individuellement, les électeurs ont pourtant fait le bon choix collectif. Dans le casting proposé, nul autre qu’Emmanuel Macron, qu’on l’aime ou pas, n’était mieux placé pour faire face aux crises auxquelles nous sommes encore aujourd’hui confrontés. Il l’a dit et répété : il sera le président de tous les français et il n’y a rien de plus naturel à cela.

 

Concernant la septième circonscription de l’Hérault, les scores élevés du Rassemblement  national doivent nous interpeller et nous pousser à apporter la meilleure réponse possible aux inquiétudes légitimes de nos concitoyens. Il y a une crainte pour l’avenir, plus aiguë dans les villages que dans les centres urbains. Les villages s’inquiètent de ce que sera « demain » et c’est bien normal. Il nous faut les rassurer : car demain sera meilleur qu’aujourd’hui, assurément. Il fait bon vivre dans nos villages et tout incline à penser que cela ira encore en s’améliorant.

Les bons résultats du Président de la République à Sète ou à Pézenas sont là pour nous rappeler que, quand des actions volontaristes et visibles sont engagées par l’Etat, comme la revitalisation des centres-villes grâce aux fonds des programmes « action coeur de ville », « territoires d’industrie» et «petites villes de demain », le développement de l’offre de formation aux étudiants (antenne universitaire au collège Victor Hugo par exemple), ou encore la création de tiers-lieux (comme la Palanquée), ou enfin le financement du renouvellement urbain pour y restaurer la sécurité (comme sur l’île de Thau), la confiance retrouvée incite chacun à mieux « faire société ».

 

Un gros travail a déjà été accompli dans la ruralité, dont on ne voit pas encore les fruits : la stabilisation des financements des collectivités, le retour de l’Etat (maisons France service),  et les dotations de soutien à l’investissement local, pour ne citer que quelques exemples, ont renforcé l’action publique locale.

C’est pourquoi, plutôt que de nous affaiblir dans les divisions ou dans des votes contestataires qui ont déjà été entendus, sachons resserrer les rangs et, humblement, avec lucidité mais résolument, poursuivre le travail engagé. Pour que chacun soit écouté et reconnu, nous devons accentuer la participation citoyenne au service d’un mode de gouvernance moins vertical. Comme l’a souligné le Président de la République, l’écologie, mère de toutes les batailles -car la planète est notre berceau à tous-, sera au coeur de l’action gouvernementale ainsi que d’autres chantiers fondamentaux comme l’éducation, le grand âge ou le développement local des territoires : sur nos territoires plus qu’ailleurs justement, l’accès au numérique est bien sûr une exigence forte, mais c’est également le cas de l’accès aux soins et du retour de la présence humaine dans les administrations, au plus près des populations. C’est enfin le cas en ce qui concerne la nécessité d’y repenser les transports publics. Ces défis seront d’autant mieux relevés que nous les prendrons à bras-le-corps et non à reculons.

 

Face à une situation internationale pleine d’incertitudes, la position de la France au coeur d’une Europe forte est, enfin, la meilleure des assurances pour notre sécurité à tous. Qui peut croire instant que l’on puisse être plus puissant tout seul qu’à vingt-sept ?

 

Quel qu’ait été le vote de chacun, car le choix de chacun se respecte, il ne faut pas nourrir d’inquiétude à ce sujet : le 24 avril, les français ont fait le bon choix. Il nous reste à accomplir ce même choix en plaçant la 7ème circonscription de l’Hérault dans le sens de l’Histoire. Il est indispensable que Sète, Agde, Pézenas, ainsi que tous les villages de la circonscription continuent de bénéficier de cette dynamique qui les place dans le mouvement de modernisation entrepris par le pays. Lui tourner le dos serait une folie dans un territoire dont l’accueil touristique et la vente des produits du terroir sont le poumon économique. Il nous restera bien sûr à lui donner ses marques locales : nous savons qui nous sommes et qui nous voulons demeurer : il nous reviendra alors de le faire savoir dans un esprit constructif. Pas dans celui du rabougrissement et du repli sur soi. Car les grands pays ne se replient pas : ils s’ouvrent au monde pour s’y faire respecter. Il en va de même des grands terroirs !

 

Les mois et les années à venir ne seront à coup sûr pas un long fleuve tranquille. Mais, pour ne pas nous noyer dans les remous, sachons faire de nos différences une force dans le respect de chacun et pour le bien de tous. Nous tous. 

 

Christophe Euzet, Député de la 7ème circonscription de l’Hérault (28-04-22)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI