Cap d'Agde - CAP D'AGDE ( 34 ) FLASHBACK - L’étrangleur du Cap d’Agde : Le crime était presque parfait …

Cap d'Agde - CAP D'AGDE ( 34 ) FLASHBACK - L’étrangleur du Cap d’Agde : Le crime était presque parfait …

Cap d'Agde - CAP D'AGDE ( 34 ) FLASHBACK - L’étrangleur du Cap d’Agde : Le crime était presque parfait …

Par OCCITANIE TRIBUNE, le 16 Décembre 2018

Cette rubrique " FLASHBACK " revient régulièrement sur le passé illustré de notre histoire encore récente par la publication de documents d'archives photographiques , vidéos ou documentaires

L’histoire du Cap d’Agde a été jalonnée de faits divers les plus extravagants.

Les plus anciens se souviendront d’un hypothétique consul Portugais, escroc à ses heures, qui avait trompé la quasi-totalité des permanents à la fin des années 70
en créant successivement une société de location de Bateaux, LUCKY YACHTING, une société de location de véhicules de luxe : LUCKY RENT A CAR  qui proposait , FERRARI, ROLLS ROYCE,  BENTLEY PORCHE et autre LAMBORGHINI à la location journalière  et qui de surenchère  en surenchère avait même fondée au Cap d’Agde une compagnie aérienne du nom de LUCKY AIRWAYS !   Le malheureux Pedro, jet-setter de la vie Capagathoise ne supporta pas longtemps la détention consécutive à son arrestation et mis fin à ses jours à la prison de Villeneuve les Maguelonne.

On pourra évoquer également un sympathique comptable qui menait un train de vie tel qu’il se vit décerner le pseudonyme plus que mérité de « Monsieur Champagne » dans toutes les discothèques de la station. Les finances de la résidence de location saisonnière L’Agathéa ne supportèrent pas longtemps cet appétit gourmand pour les bulles Champenoises et le SRPJ de Montpellier siffla un beau matin la fin de la récréation.

On passera rapidement au début des années 2000 sur l’erreur de casting d’un jeune maire, ancien policier, dont le flair avait été trompé par celui qui assurait sa garde rapprochée let qu’il avait élevé un peu prestement au grade de responsable de la sécurité en chef du village naturiste. L’homme au casier judiciaire aussi étoffé qu’un générique de film à grand spectacle fut rapidement démasqué par la maréchaussée.

Mais assurément l’affaire la plus extravagante fut celle de la tentative de meurtre d’une commerçante du centre port du Cap d’Agde qui exploitait la Rhumerie de L’Espadon.  

Le mari, ancien activiste de l’OAS, avocat de profession, avait tenté d’échafauder un scénario digne d’Alfred Hitchcock pour supprimer son épouse. Au Danemark, via la revue «  SOLDIERS OF FORTUNE » il avait recruté deux tueurs à gage chargé d’exécuter le contrat en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes pendant qu’il se rendrait dans une salle de cinéma parisien dans laquelle était projeté: «  Le crime était presque parfait » !  

Un cynisme qui n’aura pas trompé la sagacité d’un jeune commissaire fraîchement nommé au Cap d'Agde , Jean Claude BOREL-GARIN.
Informé par la police de Copenhague et le SRPJ de Montpellier de soupçons de commission de meurtre dans le département, il fit rapidement le rapport avec la tentative d'assassinat survenue quelques jours plus tôt  sur sa circonscription.  Son enquête l’amènera à entendre les principaux protagonistes de cette rocambolesque affaire avant de confondre son commanditaire.
Un fait divers qui fit à l’époque la « Une » de la presse Nationale sous le titre effrayant de « L’étrangleur du Cap d’Agde » 
 

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI